Tout ce qui est moustique, n'est pas « moustique tigre » !

Le « moustique tigre » (de son vrai nom « Aedes albopictus ») est remarquable, là où il vient d’apparaître, par son installation subite et son caractère « agressif ».

Il a pour effet, entre autres, de sensibiliser les populations aux moustiques en général et donc à deux autres espèces nuisantes (mais dans des proportions beaucoup moins fortes), présentes de toute éternité dans le département et jusqu’ici passées plutôt inaperçues :

- Aedes caspius et Aedes detritus, moustiques dont les larves éclosent dans les zones humides (marais, prairies irriguées ...), en particulier du littoral, mais dont les adultes ont une capacité de dispersion de plusieurs dizaines de kilomètres et peuvent ainsi potentiellement nuire en ville.

- Culex pipiens, moustique également urbain, qui pond à la surface de toute eau stagnante. On le trouve donc souvent dans les mêmes sites qu’Aedes albopictus qui, lui, pond en bordure des mêmes eaux stagnantes et dont les œufs éclosent au moindre contact avec l’eau. Les deux espèces ont une capacité de dispersion d’une centaine de mètres à partir de leur gîte d’éclosion.

- Aedes albopictus a été surnommé « moustique tigre », en raison de zébrures qui parcourent son corps effilé. On aurait mieux fait de l’appeler « moustique zèbre » : ça aurait été à la fois plus juste et moins effrayant… Cela dit, attention : d’autres espèces de moustiques sont plus ou moins « zébrées » également et peuvent être confondues avec Aedes albopictus. Tout le monde n’est pas entomologiste…

Tout ce qui vole n’est pas moustique. Et tout moustique n’est pas « moustique tigre »…

   
© EID MED / 2013